le-ballonrougeVacances obligent, je continue à vous faire partager l’exploration de la bibliothèque de ma maison de famille dans laquelle plusieurs génération de livres se retrouvent, des ouvrages de ma grand-mère qui était directrice d’école maternelle, à mes livres de petite fille, en passant par ceux que ma mère a également lus enfant…un bonheur d’histoires mais aussi d’Histoire avec un grand H, puisque l’on peut y suivre une certaine évolution de la littérature enfantine…
Aujourd’hui, je souhaite vous parler d’un deuxième ouvrage de Albert Lamorisse que j’ai évoqué la semaine dernière à travers Crin-Blanc dans l’article suivant. C’est à nouveau un livre très poétique, racontant encore une fois une histoire d’amitié extraordinaire : celle d’un petit garçon et d’un beau ballon rouge.

Comme pour Crin-Blanc, ce livre est tiré du film du même nom qui est sorti en 1956 et qui a reçu la Palme d’Or du court métrage cette année là à Cannes.

Quel plaisir pour les enfants de découvrir grâce aux superbes photos extraites du film, le Paris des années 50! Toute une époque où il y avait un receveur dans les autobus qui vendait les billets et contrôlait qui pouvait monter (et surtout pas un ballon rouge!), une époque où l’on cirait les parquets des appartements, où l’on parlait de « bec de gaz », où les écoles n’étaient pas mixtes et où il y avait encore des terrains vagues dans la capitale. La lecture de cette histoire a suscité beaucoup de questions de la part de mes petits sur la « vie d’avant… »
Mais surtout, elle les a beaucoup amusés avec ce ballon qui suit son ami partout et qui a si bien compris ce que c’est que l’amitié. Et c’est beau de voir qu’avec leurs yeux d’enfants, comme pour le petit Pascal de l’histoire, finalement, cela ne les surprend guère, ce ballon « apprivoisé ».
Alors, bien sûr, il y a les méchants, les voyous, les garnements de la bande qui me font penser à ceux que l’on verra quelques années plus tard dans La Guerre des Boutons… Ils veulent s’emparer de ce ballon si spécial.
Comme pour Crin-Blanc, la fin est tragique mais tout aussi magique…
« C’est la grande révolte des ballons. » Et ces ballons qui soulèvent Pascal pour l’emmener dans un immense voyage autour de la terre entraînent mes têtes blondes dans de beaux rêves colorés, pleins de petite fille au cerceau, de directeur d’école suivi par un ballon et d’amitié…

Joyeux long week-end du 15 août à tous!

Le ballon rouge

Albert Lamorisse

Editions Hachette