doudouIls n’ont pas les mêmes jobs, pas le même nombre d’enfants, pas le même âge, ils n’habitent pas tous au même endroit, mais ils ont en commun de travailler et d’être des parents.

En effet, dans la rubrique « Papa, Maman travaillent », je vous propose de rencontrer, chaque mois, des parents afin qu’ils nous exposent comment ils arrivent à concilier leur vie professionnelle et leur vie personnelle.

Après Estelle et Marc, Hélène et Alexis, « Papa et Maman », Hugues et Céline, (que je vous invite à découvrir ou redécouvrir dans la rubrique « Papa, Maman travaillent » ici), j’ai le plaisir d’accueillir Stéphanie et Laurent qui vont nous faire part de leurs problématiques et de leurs bonnes pratiques afin d’arriver à cet équilibre….

Où l’on voit que l’organisation et le partage des tâches sont de vrais alliés pour y arriver! Merci à eux deux de s’être prêtés au jeu de mes questions/réponses! Bonne lecture!

Chère Stéphanie, cher Laurent, pouvez-vous en quelques mots vous présenter?

Laurent a 34 ans et est Responsable Juridique dans une société financière sur Paris. Stéphanie a 33 ans et est Responsable RH & Juridique dans la Distribution et Réparation Automobile de Luxe dans les Yvelines. Nous avons deux enfants, deux filles, qui vont avoir en juin respectivement six ans et un an. Nous habitons dans les Yvelines.

Vous travaillez tous les deux. Quel est votre mode d’organisation pour la garde de votre enfant non scolarisé et pour celui qui va à l’école?

Pour la petite dernière, nous n’avons pas pu avoir de place en crèche et nous n’avons pas pu trouver une nounou dans notre commune qui nous corresponde, qui soit disponible et dont les horaires soient compatibles avec nos impératifs. Finalement, nous avons trouvé une nounou dans la même ville que mon travail.

Pour la plus grande qui est en dernière section de maternelle, les grands-parents sont ravis de s’en occuper à la sortie d’école le lundi soir et le vendredi soir, ainsi que le mercredi après-midi. Ils l’emmènent à la danse le mercredi. Le mardi soir et le jeudi, Stéphanie la récupère au centre de loisirs après avoir récupéré la petite chez la nounou.

Quel est pour vous le point fort de cette organisation, ce qui fonctionne vraiment bien et que vous pourriez nous faire partager?

Stéphanie: « Chacun s’occupe d’un enfant le matin, donc il y a une vraie parité et un partage des tâches entre nous deux. Je suis personnellement consciente que c’est une chance. Beaucoup de mères gèrent tous les enfants, matin et soir.

Avoir la nounou de notre deuxième à côté du travail est un autre point fort. Je peux ainsi quitter le travail plus tard, je ne suis pas stressée d’arriver en retard chez la nounou et idem le matin pour déposer ma fille juste avant d’arriver au travail. Par contre, cela veut dire que si je veux prévoir une sortie un soir, cela implique de voir si la Nounou est ok pour faire du babysitting… Et si je devais faire des déplacements régulièrement, ce serait compliqué à gérer. 

Par contre, y a t-il un point qui régulièrement pose problème/ne fonctionne pas bien dans votre organisation?

Il n’y a pas de problème particulier dans cette organisation… Quand il n’y a pas de grain de sable! Car tout est tellement à la minute près dans cette organisation, que nous avons peu de marges de manoeuvres, s’il y a un problème.

Et nous sommes conscients que nous avons beaucoup de chances de pouvoir autant compter sur les parents de Stéphanie, notamment pour notre aînée. On peut également compter sur eux en cas de maladie ou pour les vacances. Ainsi, notre fille connaît la garde collective du Centre de Loisirs quelques soirs par semaine, mais profite de ses mercredis et de ses vacances. Un grand, grand merci à eux! 

Stéphanie a repris récemment le travail après quelques mois de congé parental. Comment cela s’est-il passé? A t-elle rencontré des difficultés particulières?

Stéphanie: « Pour être honnête c’est plutôt gérer mon remplacement pendant mon congé maternité et parental qui a été très compliqué, avec notamment deux personnes qui ont rompu leur CDD avant le terme pour cause de CDI, dont une la veille de mon départ en congé maternité… J’avoue que j’ai eu du mal à être sereine au début de mon congé maternité pré-natal, à cause de cette situation. Et j’ai dû raccourcir mon congé parental d’un mois car, à cause de cette situation, il n’y avait personne au Juridique et en support RH pour ma collaboratrice en fin d’année, qui est une période très chargée.

Par contre, j’ai donc pris un congé parental de 4 mois à la suite de mon congé maternité, ce que je n’avais pas fait pour notre aînée. J’ai ainsi pu profiter de mon bébé, la voir évoluer, et profiter aussi de l’aînée : être présente pour l’école et les activités extra-scolaires. Du temps aussi, pour gérer la maison et les différentes tâches. Du coup, quand j’ai repris le travail, j’étais prête et même un peu impatiente de retrouver mes collègues, une vie sociale, de reprendre mes responsabilités.

Toutefois, on m’avait prévenue et effectivement cela se révèle vrai, reprendre le rythme, les trajets, les enfants et des journées de travail très chargées, ça a été dur et ça l’est encore. Les semaines me semblent très longues et j’avoue que j’ai vraiment besoin de faire des pauses.

Ce congé parental a bien été accepté par ma hiérarchie. Je les ai informés de ce choix en même temps que l’annonce de la grossesse. Cela leur a permis d’avoir une visibilité et de pouvoir s’organiser en amont. Bon, même si du coup, ça a été très chaotique en pratique ».

Comment gérez-vous les déplacements pro par rapport aux enfants? 

Stéphanie: « Laurent se déplace régulièrement. Pour préparer notre fille aînée, nous avons un petit calendrier ludique avec des vignettes que nous essayons de mettre à jour régulièrement avec elle sur les déplacements, mais également les sorties, les vacances etc…

Sinon, Laurent me transmet ses dates au plus tôt pour que je puisse m’organiser avec le Centre de loisirs pour l’accueil du matin car je ne peux pas déposer notre aînée directement en classe le matin, sinon le temps de faire le trajet jusqu’à la nounou, de déposer le bébé et d’arriver au boulot, je pense que je ne serais pas opérationnelle avant 10h. Comme les déplacements sont de deux jours deux fois par mois en moyenne, cela passerait difficilement auprès de mon employeur. Donc, dans ces cas, je gère les deux puces le matin et je dépose notre aînée à l’accueil du matin vers 7h45. »

Vos entreprises respectives proposent-elles des aménagements/solutions pour faciliter l’équilibre vie pro/vie perso? 

Stéphanie: « De mon côté, aucun aménagement que ce soit la convention collective ou l’entreprise. Par contre, un effort est fait de prévenir en avance de rendez-vous extérieurs ou de réunions tardives ».

Laurent:  » J’ai la possibilité de travailler de la maison de temps en temps. C’est toléré sans être non plus généralisé ni organisé au niveau de l’entreprise ».

Avez-vous déjà eu le sentiment l’un ou l’autre de devoir mettre votre carrière un peu à l’arrêt pour vous occuper de vos petits? Le fait d’avoir des enfants a -t-il été un frein à votre carrière? ou au contraire un booster? ou bien sans effet notoire?

Laurent : « Ce n’est pas un frein, mais il est clair que ça change ta façon de vivre et de travailler. Tu ne peux pas rester aussi tard qu’avant au travail si tu veux pouvoir manger avec tes enfants et pouvoir profiter de ta famille, le soir. Du coup, l’avantage, c’est que tu dois être plus efficace au travail et ça te permet d’apprendre à travailler plus vite et mieux… »

Stéphanie: « Je reconnais que je suis dans une entreprise qui ne m’a pas mise de côté à cause de mes maternités. A mon retour après la naissance de notre premier enfant, on m’a proposé une vraie opportunité d’évolution avec un nouveau poste à responsabilité. Mais cela a été très très difficile pour moi et même pour notre couple. Je me suis retrouvée à gérer à la fois cet espèce de baby blues qu’ont dû ressentir d’autres mamans à la reprise du travail et un nouveau poste. Baby blues de devoir laisser votre bébé d’à peine 3 mois à la crèche, de ne pas pouvoir rester auprès de lui quand il est malade, ce qui m’a fait jusqu’à remettre en question le fait de travailler. Et il a fallu aussi relever ce challenge, prendre un poste dont beaucoup de tâches m’étaient inconnues auparavant et qui sont très sensibles : paie, comptabilité etc…Cela a été très dur… mais on a fini par trouver notre rythme! » 

A la maison, comment se répartissent les tâches du quotidien entre vous?

Pour les courses c’est Laurent qui gère le samedi matin pendant que notre grande va à une activité. On essaie de faire appel également au Drive car cela évite de perdre du temps dans le magasin.

Après en semaine, pour le petit déjeuner, Laurent gère pour lui et notre aînée, de même que l’habillement, la préparation du sac à dos avec goûter etc… Le soir, Stéphanie prépare les repas et baigne les filles. Pour les lessives, elle gère également.

On a une femme de ménage qui vient trois heures par semaine. On a essayé sans mais ça n’a pas été concluant ni sur l’état de la maison, ni pour la paix de notre ménage justement!

Y a t-il un site/une appli qui vous facilite votre vie de famille au quotidien?

Les courses par Internet et le Drive nous rendent bien service, de temps en temps.

Pour le planning de la famille, on s’est fait un calendrier commun sur nos Iphone sur lesquels on note les sorties, déplacements, congés pour que chacun de nous deux ait les bonnes infos et éviter les engagements qu’on ne peut pas tenir …

Quel est le moment passé en famille que vous cherchez à préserver au maximum?

On passe beaucoup de temps avec les filles le week end sans forcément organiser de grosses sorties, mais juste faire une promenade. Depuis l’arrivée de notre deuxième, on a encore réduit la voilure, et on essaie de ne pas se mettre trop d’impératifs le week end.

Avez-vous un « rituel couple » qui vous permette d’avoir du temps de qualité à partager à deux?

Se retrouver le soir vers 21 heures, quand la maison est calme… On peut se retrouver, parler de nos journées, partager des sushis qu’on a commandés à emporter …

Et avec tout ça, comment vous faites pour vous organiser du temps rien que pour vous? 

Laurent: « On se relaie pour garder les filles pour faire des activités sportives dans la semaine. Je fais de la boxe le lundi et de la course à pied le mercredi soir et le dimanche matin. Avant l’arrivée du bébé, on faisait la course à pied tous les deux les mercredis et on prenait une babysitter pour garder la grande pendant 1h30. »

Stéphanie: « Depuis l’arrivée du bébé, je n’ai pas repris la course. Par contre, je fais de la savate forme le jeudi soir près de mon travail. Ma nounou, qui est vraiment géniale fait du babysitting jusqu’à 20h40 et Laurent s’est organisé de lui-même pour aller récupérer notre aînée au Centre de Loisirs. Du coup, cest une soirée pour moi sans avoir à gérer aucune tâche.« 

Sinon, on fait garder les filles par les grands-parents pour partir en petits voyages ou avoir des soirées en amoureux.

Le mot de la fin… c’est à vous! Autre chose à ajouter sur le sujet?

En prenant un peu de recul pour répondre à cette interview, nous prenons conscience que, grâce à notre organisation quotidienne quasi militaire et à un partage des tâches équitable entre nous deux, nous arrivons à avoir un équilibre certain entre vie professionnelle et vie familiale… Mais au prix d’une grande fatigue! A quand des mesures concrètes et adaptées dans les entreprises, et de manière générale dans notre société, pour répondre aux besoins des parents qui travaillent? 

Merci beaucoup à vous deux pour ces échanges!

metroboulot