la-madeleine-de-proust-1

C’est une très jolie pépite que j’ai découverte cet été: La Madeleine de Proust. Même si le livre est paru depuis quelques années, en 2011, aux Editions courtes et longues, je ne le connaissais pas et je me suis dit que je devais absolument vous faire partager ce coup de coeur, en tout cas, au moins à ceux qui, comme moi, avaient raté sa sortie.

Pourquoi une pépite? Parce que tout d’abord, un livre qui considère nos enfants comme des êtres intelligents, je craque tout de suite. Pensez donc … Aborder LE monument de la littérature française, Marcel Proust, avec des enfants, mais vous n’y pensez pas! Et pourquoi pas? Pourquoi ne seraient-ils pas sensibles, eux aussi, à la beauté puissante qui se détache des mots et phrases de Proust? Dans le premier volume de A la Recherche du Temps perdu, « Du côté de chez Swann », il y a des moments qui peuvent très bien parler aux enfants. Par exemple, le drame du coucher quotidien, du petit Marcel, si éperdu de voir sa mère le quitter après lui avoir souhaité bonne nuit, peut tout à fait toucher les enfants. A condition que cela soit abordé de manière à être compréhensible pour eux.

Et c’est là la deuxième raison pour laquelle La Madeleine de Proust est, selon moi,une pépite. Car c’est avec un immense talent que l’illustratrice Betty Bone a su mettre à portée d’enfant les extraits choisis dans cet album:  « la madeleine », « Le drame du coucher » et « Gilberte ».  Par exemple, dans une pièce un peu triste, un homme prend le thé. Puis, les images se brouillent, on dirait des bulles de couleurs et de ces bulles se met à éclater un monde lumineux « et le souvenir m’est apparu ». Ma petite Louise de trois ans et demi (même si ce livre se destine plutôt à des enfants à partir de 6 ans) a très bien perçu que le monsieur se mettait à se souvenir de son enfance, grâce à la sensation procurée par le fait d’avoir trempé une madeleine dans son thé car « tout cela qui prend forme et solidité est sorti, ville et jardins, de ma tasse de thé ». Betty Bone explique d’ailleurs parfaitement dans la vidéo suivante son travail sur cet album:

Et pépite enfin, aussi, parce qu’un tel ouvrage permet aux adultes de (re)découvrir ce monument de la littérature classique. En effet, le texte intégral d’où sont sortis les extraits destinés aux enfants est reproduit à la fin du livre et nous permet, à nous parents, de nous plonger dans la prose de Proust. Mes propres souvenirs ont alors ressurgi à cette lecture. Ah, cette année de 1ère littéraire, où une professeur de français a embarqué sa classe dans la découverte de « Du côté de chez Swann« . Merci à elle! Et j’ai tellement apprécié ce détail de l’illustratrice qui représente Gilberte avec des yeux bleus azur, alors que le texte nous dit: « Ses yeux noirs brillaient« . Car, comme on le découvre dans le texte restitué dans son entier à la fin de l’ouvrage, à propos de Gilberte:

« Ses yeux noirs brillaient et comme je ne savais pas alors ni ne l’ai appris depuis, réduire en ses éléments objectifs une impression forte, comme je n’avais pas, ainsi qu’on dit, assez « d’esprit d’observation » pour dégager la notion de leur couleur, pendant longtemps, chaque fois que je repensai à elle, le souvenir de leur éclat se présentait aussitôt à moi comme celui d’un vif azur, puisqu’elle était blonde de sorte que, peut-être si elle n’avait pas eu des yeux aussi noirs – ce qui frappait tant la première fois qu’on la voyait – je n’aurais pas été, comme je le fus, plus particulièrement amoureux, en elle, de ses yeux bleus »

Une pépite, vous dis-je!

La Madeleine de Proust, illustrée par Betty Bone. Editions courtes et longues. (leur site internet a l’air indisponible en ce moment, mais votre libraire ne devrait pas avoir de problème à le commander! :-))

NB: L’article ci-dessus est également publié sur le site participatif Les Vendredis Intellos. N’hésitez pas à faire un tour sur ce site où tous les vendredis (et samedis!), des contributeurs et contributrices, parents ou non, experts ou non, partagent sans complexes ni prétention dans le respect du point de vue de chacun, leurs lectures du moment dans le vaste domaine de l’éducation, de la parentalité et plus généralement de l’enfance…