monenfantnemangepasMon petit frère assis devant son assiette de pâtes et de jambon bien longtemps après que le reste de la famille ait fini son repas.. Et cela se prolonge tard dans l’après-midi…Souvenir d’enfance terrible! Quel combat quasi quotidien entre ma mère et lui pour le faire manger… Avec le recul, je me dis que cette situation devait être exaspérante pour ma mère, ce qui explique que, parfois elle ne voulait pas céder et entrait dans le conflit frontal…Mais surtout, cela devait être très angoissant, car quelle mère n’est pas angoissée quand son enfant ne mange pas? Le rapport à la nourriture de notre petit nous touche directement. Pour autant, mon frère ne mangeait pas plus! Aujourd’hui? C’est un bel homme, plutôt mince certes, et pas un énorme mangeur, mais en parfaite santé! Ces souvenirs m’ayant marquée, j’ai beaucoup lu sur le sujet et j’avoue que j’essaie d’avoir un rapport plus décomplexé avec la nourriture et mes enfants. Ils mangent bien, de manière générale mais j’essaie de tenir ce principe : je propose de tout, tu n’aimes pas, tu n’as pas faim, alors je ne te force pas, tu goûtes juste… Et je ne compense pas par autre chose…. Bien sûr, sauf s’ils sont malades les pitchounes, alors là, c’est frigo ouvert! Mais c’est vrai que, malgré ce principe, parfois je sens au fond de moi une angoisse sourde…J’espère qu’il/elle n’a pas faim!
Le livre du Docteur Carlos Gonzales Mon enfant ne mange pas est en cela très éclairant. Pour lui, la règle numéro 1 est de ne surtout pas forcer l’enfant à manger. Et il dit avec beaucoup de lucidité que, avec cette méthode, évidemment un enfant qui mange peu ne mangera pas plus… Mais il recommencera à manger avec plaisir, sans conflits! Ce qui est le plus important dans le développement d’un petit être! Apprenons donc à lâcher prise sur ce que mangent nos enfants….

Mais si j’ai particulièrement apprécié cet ouvrage, c’est qu’il m’a été d’une grande aide au moment de la diversification alimentaire pour Soline. En effet, publié aux éditions de la Leche League, il est donc orienté sur l’allaitement. Et on ne trouve pas tant d’ouvrages, je trouve, traitant de la diversification quand on allaite. Je me posais beaucoup de questions, puisque pour les deux aînés j’avais arrêté d’allaiter juste avant cette étape. Notamment, si Soline commence à manger des aliments solides, vais-je continuer à avoir assez de lait? Et bien, j’ai trouvé dans ce livre une réponse toute simple… Toujours donner la tétée avant les aliments solides, et non après, puisque à cet âge là, le plus important et le plus nourrissant reste le lait pour l’enfant. Ensuite, elle mange ce qu’elle veut en fonction de son appétit.
Conseil que j’applique et qui fonctionne à merveille. En cela, cet ouvrage est un bon complément, je trouve, à la bible sur l’allaitement, l’Art de l’allaitement maternel, dont je vous parlerai à l’occasion.
J’ai également apprécié le chapitre sur les courbes de croissance où l’auteur explique qu’elles sont faites essentiellement sur la base des enfants nourris au biberon et ne correspondent pas donc aux enfants allaités, dans la plupart des cas. Cela m’a grandement rassurée car, avec Soline, chaque fois que je vais chez le pédiatre, c’est un coup « elle n’a pas pris beaucoup, vous pensez la sevrer quand ? » Et la fois d’après « oh la la, elle est trop grassouillette cette enfant! Espacez les tétées!! » Bref…
En tout cas, bébé allaité ou au biberon, je trouve que cet ouvrage présente également un excellent résumé de l’introduction progressive des aliments: légumes, viande, poisson, gluten etc.

Alors bonne lecture et surtout bon appétit à tous!

Mon enfant ne mange pas, Dr Carlos Gonzalez sur le site de la Leche League