carte électoraleJ’entends dans les médias que les Français se désintéresseraient des élections départementales à venir. Il faut dire qu’avec un nouveau nom, un nouveau mode de scrutin et de nouveaux cantons… il y a de quoi se perdre un peu! Et pourtant, on nous dit aussi de ne pas oublier que ces élections ont une influence directe sur notre vie quotidienne. « Ah bon »? « Comment, concrètement »? me suis-je souvent interrogée. Jusqu’à ce que je découvre qu’un des espaces où je me rends régulièrement est un service qui dépend justement du Conseil général! Un lieu ouvert à tous, qui a pour vocation d’accompagner les familles autour de l’enfant, de la grossesse jusqu’à 6 ans, un lieu où l’on protège les mamans et leurs bouts de choux, si, si ce lieu magique existe, je veux parler ici de La Protection Maternelle et Infantile (PMI).

Bon, je vais être franche… Comme je l’ai déjà raconté ici, avant la naissance de Paul, je savais vaguement ce que signifiait le sigle PMI mais je pensais vraiment que ce service était uniquement destiné aux femmes en grandes difficultés. Bref… Pas pour moi! Et puis, je me suis retrouvée complètement perdue, au mois d’août 2008 avec mon nouveau-né qui ne prenait pas suffisamment de poids. On me dit de le faire peser régulièrement. Mais où aller? Et là, mes deux neurones qui fonctionnaient encore après le choc de cette naissance m’ont rappelé que j’avais entendu, lors du cours de préparation à la naissance, qu’à la PMI on pouvait faire peser son bébé. Et c’est ainsi que j’ai débarqué dans l’une des PMI de Paris ouvertes au mois d’août, exténuée et en pleurs … et que j’ai été accueillie! Le personnel compétent a été à mon écoute, ils ont pesé Paul tout en me laissant m’exprimer.. Je me rappelle être repartie de là, un peu rassurée et rassérénée, en me disant que c’était génial d’avoir ainsi de l’aide, en plus de mon pédiatre, un endroit où j’allais pouvoir revenir avec mon enfant… et tout cela gratuitement! J’ai même eu la visite d’une auxiliaire de puériculture qui est passée quelques jours plus tard à la maison pour faire le point avec moi, et ses conseils pratiques et bienveillants avaient été les bienvenus.

J’ai également beaucoup fréquenté la PMI de ma ville à la naissance de Louise pour la faire peser et me faire conseiller sur l’allaitement. En revanche, pour mon troisième enfant, je pensais que j’étais bien rodée, « c’est bon maintenant les bébés ça me connait, je vais arriver à me débrouiller toute seule, la PMI je repère où elle est dans cette ville nouvelle où je viens d’emménager, je prends quand même contact », mais…Je ne comptais pas trop y aller! Euh… Faux sur toute la ligne! Même si j’étais super bien préparée à cette naissance (cf. ce que j’appelais ici la mise en place de mon fameux « cordon sanitaire »), se retrouver quand même dans une ville où l’on ne connait personne avec son bébé, les deux grands et un mari souvent en déplacement, pas mal d’angoisses suite à la naissance un peu rocambolesque de Miss Soline mixées à une chute d’hormones impressionnante et un manque de sommeil crucial… Et bien, j’y suis allée à la PMI et plutôt deux fois qu’une, et sans attendre… Parce que dans ces locaux clairs, chaleureux et colorés, je pouvais dire, lors de la pesée, au personnel sympathique et compétent, ce que l’on n’ose pas dire aux autres… Dire que, par moments, vous êtes aussi fatiguée, dépassée, débordée avec ce bébé forcément exigeant et les deux ainés…Aucun jugement à la PMI, juste une écoute et des conseils qui m’ont permis de vite reprendre pied.

Il faut dire aussi que la PMI de ma ville est particulièrement dynamique! Et ouverte tous les jours! En plus des consultations médicales, de l’accueil des mamans et du suivi des assistantes maternelles, de nombreuses activités sont proposées: chant prénatal, cours de massage avec le bébé, possibilité de rencontrer un psychologue, et surtout des temps d’accueil parents-enfants super conviviaux qui permettent aux jeunes parents et leurs enfants de se retrouver, d’échanger et de … Briser l’isolement dans lequel on peut vite se retrouver avec un enfant en bas-âge. En un mot, ce service a rempli à la perfection avec moi, et ce plusieurs fois dans ma vie, l’une de ses missions qui est son rôle de prévention maternelle et infantile. Cela n’arrive pas qu’aux « autres »…

Je sais que, malheureusement, ce n’est pas le cas partout, que les services de PMI connaissent des difficultés dans certains départements, avec des fermetures de permanences, des suppressions de visites pré et post natales, de plus en plus de postes vacants qui ne trouvent pas preneurs, faute de moyens proposés. Et c’est pourquoi je crois, en effet, que les élections départementales du week-end prochain sont importantes car ce seront les conseillers départementaux que nous élirons qui prendront les décisions concernant des services comme la PMI, des services… au coeur même de notre quotidien! Ne laissons donc pas l’abstention décider pour nous… D’ailleurs, je vous laisse, je vais m’occuper de préparer ma procuration puisque je serai absente au deuxième tour….